Lyon, ville du futur

Deuxième métropole de France, Lyon a entamé depuis quelques années une transition qui la rapproche peu à peu de l’idée qu’on se fait d’une ville du futur. Bien qu’il reste encore beaucoup à faire, la ville est précurseur sur plusieurs positions. Sur le blog du spécialiste du permis de construire en ligne, nous détaillons quelques-uns de ces bons points.

Un des bâtiments à énergie positive Hikari à Lyon.

https://www.flickr.com/photos/129231073@N06/

Gestion des ressources

Quand on parle de ville du futur, il s’agit de combiner plusieurs paramètres en lien direct avec le développement durable : l’écologie, l’économie, le social. Une ville du futur doit se développer en fonction de l’humain et dans le respect de l’environnement. On est loin de voir des voitures volantes, mais des services de véhicules en auto-partage, oui. C’est d’autant plus important que d’après les prévisions pour 2050, 6 milliards de personnes vivront en ville. À défaut de réfléchir au développement urbain du futur, la forte densité humaine ne pourra que provoquer un surcroît de consommation et de pollution difficilement supportable.

Autonomie énergétique : Hikari

Inauguré en 2015, l’îlot urbain Hikari est un premier exemple lyonnais de maîtrise de l’énergie. L’ensemble de bâtiments est conçu non seulement pour produire de l’énergie, mais surtout pour en produire plus qu’il n’en consomme. Cela se base sur la mise en place d’une surface de panneaux photovoltaïques, sur une construction qui va plus loin que les normes thermiques en cours, et l’utilisation intelligente de l’énergie. De fait, les bâtiments consomment moitié moins d’énergie pour réguler la température que ce que préconise la norme, et ils en produisent un peu plus que nécessaire. À Hikari, les commerces sont au rez-de-chaussée, les bureaux dans les premiers étages et les logements plus haut. On optimise ainsi la consommation d’énergie en croisant des cycles d’usage différents. Un cerveau informatique  gère la consommation globale d’énergie, et les usagers maîtrisent leur consommation personnelle via une application. Une prouesse qui a valu à ce quartier lyonnais d’être parrainé par WWF (le Fonds mondial pour la nature).

Produire la nourriture : FUL

La Ferme urbaine lyonnaise n’est pas qu’une énième démonstration d’hydroponie ou d’agritecture. Ses créateurs ont voulu optimiser au maximum la production agricole végétale. Grâce à une gestion fine de tous les paramètres jouant sur la croissance des plantes, la production est totalement maîtrisée et en devient même moins gourmande en ressources naturelles (dix fois moins d’eau, dix fois moins de surface, pas de pesticide, aucun rejet). La FUL, c’est la production locale aboutie de fruits, légumes et herbes alimentaires de meilleure qualité. Le site pilote est passé de 50 à 500 m² en un an, il ne reste qu’à semer le projet ailleurs qu’à Lyon.

Déchets : subvention, Pollutec et prise de conscience

Transformer l’inévitable contrainte des déchets en opportunité de ressources (création d’emplois, recyclage et surcyclage…), c’est tout à fait une démarche de développement durable. La Ville de Lyon propose depuis cet été un coup de pouce en faveur de l’économie circulaire, c’est-à-dire la lutte contre le gaspillage qui devient moteur économique. Une subvention sera allouée à tout particulier ou professionnel qui fera preuve de bonne volonté écologique.

Le salon Pollutec regroupe depuis 28 ans les innovations en termes d’équipements, technologies et services de l’environnement. On y découvre chaque année de nouvelles façons d’assurer le développement durable.

Toutes ces idées n’auraient pas de sens si elles n’engageaient pas les comportements individuels à changer. À Lyon, il semble que l’émulation se fasse puisqu’on trouve presque 2000 adresses de commerçants labellisés Mon Commerçant M’emballe Durablement (un projet Zéro déchet France). On y fait ses courses en amenant son sac réutilisable par exemple.

Démonstration en action

Le Living Lab Confluence est un quartier-test grandeur nature de ce que pourrait être Lyon dans le futur (ou toute autre ville qui se développe durablement). 70 entreprises travaillent avec les autorités pour créer un lieu où l’on puisse vivre et travailler en limitant son impact sur l’environnement. On y retrouve la production d’énergie propre pour la communauté avec 7000 m² de panneaux solaires. Une grande part des équipements sont disponibles de façon partagée ou collaborative (transport, sport, santé préventive, services) et le quartier accueille un maximum d’activités et commerces pour limiter les déplacements pendulaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam