La nouvelle tour de Kuala Lumpur : KL 118

Aujourd’hui, sur le site qui vous facilite la demande de permis de construire nous nous rendons à Kuala Lumpur, capitale, très belle capitale, de la Malaisie. Agrémentée de toute part de gratte-ciels tous plus impressionnants les uns que les autres, cette mégalopole du sud-est asiatique n’en a pas fini de nous en mettre plein les yeux. Redoublant d’ambition après les tours jumelles Petronas (tours les plus hautes du monde de 1998 à 2004 avec leurs 452 mètres de hauteur et leurs 88 étages), la nouvelle tour KL 118 se verra être la plus haute tour d’Asie, et la seconde tour la plus haute du monde succédant à la tour Burj Khalifa, de Dubaï. Son permis de construire en poche depuis plus d’un an, la tour KL 118 se dresse petit à petit pour le plus grand bonheur des amateurs d’architecture.

En attendant d’avoir un aperçu plus concret de cette œuvre architecturale colossale, DDPC fait le point sur la spécificité du bâtiment KL 118 et son intérêt pour l’économie du pays…

Kuala Lumpur

https://www.flickr.com/photos/glowform/

Les gratte-ciels de Kuala Lumpur

Considéré comme le poumon économique de la Malaisie, la capitale Kuala Lumpur – désignée KL – abrite de nombreux gratte-ciels. Parmi les constructions les plus connues, nous comptons :

  • Les deux tours Petronas (452 mètres)
  • Menara Kuala Lumpur (420 mètres)
  • Ou Menara Telekom (310 mètres)

La ville compte plus de 200 gratte-ciels élevés à plus de 120 mètres ! Un urbanisme en plein boom qui contribue à la diversification des styles architecturaux. Ici, les constructions traditionnelles se mêlent aux ouvrages post-modernes pour dessiner un paysage à cheval entre deux époques.

Zoom sur la tour KL 118

Architects, ce monument de modernité et d’élégance urbaine s’élèvera a priori à 635 mètres de haut abritant pas moins de 118 étages ! Une ambition donc, presque deux fois plus haute que l’œuvre la plus connue de Gustave Eiffel… À vous d’imaginer ! 40.000 m² de surface exploitable pourront offrir des locaux commerciaux, des bureaux, des appartements, des parkings et un hôtel. Le dernier étage du bâtiment se situera à pas moins de 525 mètres au-dessus du vide. À l’intérieur, 87 ascenseurs permettront de monter et descendre en un temps record.

La polémique sous-jacente

Ce projet est cependant sous le coup d’une polémique en raison de son coût exorbitant (15 milliards de dollars). En effet, la somme colossale investie aurait pu permettre de développer des projets routiers, médicaux, sociaux ou combattre la pauvreté dont la Malaisie est victime. Le premier ministre malaisien, Najib Razac, assure un retour sur investissements a priori ultra bénéfique pour le pays. Ce nouveau bâtiment permettra aussi de créer des emplois pour relancer l’économie du pays tout entier. De quoi calmer un peu les foules… L’inauguration de ce joyau d’architecture devrait avoir lieu aux alentours de 2020. Affaire à suivre…

Découvrez l’avenir de l’architecture avec DDPC

Ces constructions sans limites vous fascinent ? La rédaction de DDPC vous invite à visiter régulièrement son blog pour y trouver des articles sur les constructions insolites du moment. Retrouvez également des conseils experts sur le choix de l’architecte ou les règles du permis de construire. Et pour ne rien rater de notre actualité, nous vous invitons à nous suivre sur les réseaux sociaux en rejoignant notre page Facebook !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam