Artisan : comment faire construire son atelier et développer son activité ?

Selon le Fonds National de Promotion et de Communication de l’Artisanat (FNPCA), la grande majorité des Français et des Françaises préfère consommer des produits artisanaux et juge cette activité très valorisante. Les métiers de l’artisanat demandent un réel savoir-faire, de la rigueur et une vraie passion pour la création. C’est pour tous ces éléments, et parce qu’ils créent des produits de qualité, que les Français et les Françaises sont si admiratifs et admiratives devant les artisans. Alors, vous l’aurez compris, si vous souhaitez commencer ou reprendre une activité artisanale, la France est un très bon choix ! Pour vous aider dans votre projet, DDPC a rassemblé quelques conseils et règles à respecter pour construire votre propre atelier et développer votre activité d’artisanat !

Mains d'un artisan en train de travailler dans son atelier.

https://pixabay.com/fr/users/StockSnap-894430/

La construction de votre atelier

Sachez que lorsque vous voulez faire construire un nouveau bâtiment ou agrandir un espace déjà existant, selon l’importance des travaux et la taille du bâtiment, il faudra demander un permis de construire ou une autorisation d’urbanisme à la mairie. Cette demande est obligatoire lorsque la surface de plancher est supérieure à 20m². La taille d’un atelier, surtout professionnel, peut facilement dépasser cette surface, puisqu’il doit vous permettre d’avoir assez d’espace pour exercer votre activité dans de bonnes conditions et si besoin, d’exposer vos créations à votre clientèle. Alors, pour vous aider avec toutes ces formalités, vous pouvez faire confiance à DDPC et remplir dès à présent le formulaire de permis de construire directement sur notre site internet. Cela vous permettra de faciliter vos démarches et de ne pas perdre de temps lors de la demande.

Où installer votre atelier ?

Selon votre activité, le choix de la localisation de votre atelier est déterminant. Pour faire connaître votre travail, il faut le présenter à des personnes qui y sont sensibles. Pour cela, il est important de se rappeler que l’artisanat est surtout un service de proximité. Il doit donc répondre, avant tout, aux attentes des personnes présentes dans le même secteur géographique que vous. Ce sont elles qui vous permettront de développer votre atelier, le plus souvent grâce au bouche-à-oreille. Ainsi, un menuisier par exemple, aura tendance à s’installer à l’extérieur de la ville, tandis qu’un artisan alimentaire aura plutôt intérêt à préférer le centre-ville. Pour un atelier de poterie en revanche, les sites touristiques et historiques sont à privilégier. Vous pouvez aussi choisir de faire construire votre atelier sur votre propre terrain si les conditions vous le permettent. En tant qu’artisan, vous avez également l’opportunité de vous lancer et partir pour exporter le savoir-faire français à l’étranger.

Qui peut être artisan ?

Même s’il n’est pas rare de voir des chefs d’entreprise changer totalement de vie pour devenir artisans, tout le monde ne peut pas se lancer dans l’artisanat sans bagage. C’est une activité qui demande des qualités et des compétences bien précises. Les artisans sont des personnes qui ont suivi un apprentissage et obtenu un diplôme dans leur spécialité. Alors si vous souhaitez vous lancer dans l’artisanat, pour un premier métier ou une reconversion, il est important que vous ayez suivi une formation. Cela vous permettra d’avoir les connaissances et les compétences nécessaires pour développer votre activité et assurer la qualité de vos produits à vos futurs clients et clientes.

Quel statut choisir ?

Lorsque vous développez votre activité d’artisanat dans un but professionnel, tout comme un commerçant, vous devez choisir un statut juridique pour votre « entreprise ». Vous avez  alors plusieurs possibilités. Parmi elles, l’entreprise individuelle, qui vous permet en tant que dirigeant d’avoir la responsabilité sur vos biens personnels et éventuellement, à votre conjoint ou conjointe d’avoir le statut de collaborateur ou collaboratrice. La deuxième forme juridique la plus commune est la S.A.R.L, qui elle, vous permet, de mettre en commun vos fonds avec au moins une deuxième personne, pour exercer votre activité. Renseignez-vous bien sur toutes les options pour choisir le statut qui vous convient !

Pour obtenir plus d’informations et de conseils sur les démarches à suivre pour la construction de votre atelier, n’hésitez pas à contacter notre équipe d’architectes et d’ingénieurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam