À chaque projet son type de prêt immobilier !

Une fois votre permis de construire en poche, vous aurez sans doute besoin d’un financement pour lancer les travaux. La plupart des organismes financiers sont en mesure de répondre à ce besoin en vous proposant de contracter un prêt immobilier. Il est aussi possible dans certaines situations de recevoir des aides financières de l’État. Pour vous aider à faire le bon choix, votre équipe d’experts de DDPC liste les différents financements à votre disposition.

Personne souhaitant acheter un bien immobilier avec un prêt.

https://pixabay.com/fr/immobilier-agent-vente-accueil-3337032/

Comment ça fonctionne ?

Pour devenir propriétaire d’un bien immobilier ou le faire sortir de terre, vous aurez besoin de mobiliser quelques fonds. Si vos économies ne suffisent pas à financer votre projet, vous pouvez réaliser une demande d’emprunt. Les prêts bancaires sont la solution la plus commune pour accéder à la propriété. Délivré par un établissement de crédit, le prêt permet au bénéficiaire de recevoir des fonds sans avoir à le rembourser immédiatement mais comporte bien souvent des frais connexes. En d’autres termes, vous vous engagez à rembourser par petite tranche sur plusieurs années la somme dont vous avez besoin pour financer votre projet ainsi que des intérêts. Attention, tout le monde n’est pas éligible à cette offre !

Convaincre votre banquier

Votre demande d’emprunt est effectivement passée au crible pour en évaluer les risques potentiels de non-remboursement. Tout comme pour votre demande de permis de construire, votre dossier pour prétendre à un prêt immobilier doit être impeccable. Dans ce cas précis, ce n’est pas la qualité du cahier des charges de votre projet de construction qui pèsera dans la balance mais votre situation financière. Si les cases du formulaire permettant de bénéficier d’un prêt ne sont pas clairement définies, on peut néanmoins lister quelques points qui se veulent rassurants pour les banquiers :

  • Financer une partie de votre projet avec un apport personnel est un plus.
  • À défaut de casser votre tirelire, les organismes de crédit sont plus enclins à prêter de l’argent aux personnes ayant placé leurs économies sur un compte épargne. Une manière détournée de s’assurer que vous vous acquitterez de vos dettes mensuelles même en cas de coup dur.
  • Votre capacité à maintenir tout au long de l’année votre compte courant dans le vert est aussi un facteur décisif.
  • Il est aussi possible que votre situation professionnelle ainsi que la régularité de vos revenus soient pris en compte.

En résumé, plus votre situation est stable, mieux c’est !

Les différents types de prêts immobiliers

On distingue grosso modo trois types de prêts immobiliers bancaires : amortissable, in Fine et relais. Le premier et le plus fréquent se caractérise par des mensualités échelonnés sur plusieurs années. Chaque versement effectué par l’emprunteur amortit une partie du capital et les intérêts. La deuxième option se différencie par le fait que seuls les intérêts sont mensualisés. Le capital ne sera quant à lui remboursé qu’à la dernière échéance. Enfin, le prêt relais constitue une solution transitoire pour les propriétaires souhaitant acheter un nouveau logement avant d’avoir vendu leur bien immobilier.

Zoom sur les aides de financement immobilier

Certains ménages peuvent aussi prétendre à des prêts plus avantageux d’aides à l’accession. Ils sont réservés généralement aux primo-accédants ou pour certains ménages modestes recherchant un financement pour leur résidence principale.

Note : Certaines de ces aides permettent de financer une partie du projet tandis que d’autres peuvent couvrir la totalité des frais.

Pour différencier toutes ces aides, on retrouve de nombreux acronymes comme le PAS, le PC,le PTZ ou encore le PAL. Décryptage :

  • Le prêt d’accession sociale ou PAS offre l’avantage de réduire les frais de dossiers et ouvre droits aux APL.
  • Le prêt conventionné ou PC est délivré sans condition de revenus et ouvre lui aussi droits aux APL.
  • Le prêt à taux zéro ou PTZ n’exige aucun remboursement d’intérêts. Il s’agit d’une aide complémentaire délivrée par l’État pour les ménages modestes accédant pour la première fois à la propriété. Ce financement est aussi possible pour les personnes n’étant pas propriétaire de leur résidence principale depuis plus de deux ans.

Pour en savoir plus sur les conditions d’éligibilité : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N20373

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam